Chez ONCE A STYLE, on adore les histoires.

Surtout celle qui commence sur le web, parce qu’on va se le dire, dans le monde de l’art, on connecte de plus en plus à travers les diverses plateformes qui nous sont offertes. Il n’est pas rare de voir de magnifiques projets et collaborations prendre forme après un amour mutuel découvert sur les réseaux sociaux. C’est d’ailleurs de cette façon que nous avons remarqué le talentueux Tristan Réhel et ses créations. Par la force des choses et la curiosité, nous avons aussi découvert l’artiste multidisciplinaire Beri Feddal. Nous avons demandé s’il était possible de partager cette série de photos que nous trouvons magnifique réalisée à partir d’un appareil photo film 35mm Zenith 11.

En parlant d’histoire, voici celle de Beri.

« Tout commence le samedi 8 octobre 2016, j’étais sur Instagram et je me suis retrouvé sur le compte instagram de Tristan Réhel. J’y fut accroché, fasciné. il réussissait à transposer ses idées conceptuelles et donner vie à ses idées au travers des vêtements qu’il produisait. J’ai donc directement pensé à une collaboration. Je n’ai pas eu le choix de lui mentionner ma volonté de coopérer sur un projet commun. Une rencontre fut ainsi possible le lendemain ! J’avais son nom, son numéro, et une heure et un lieu précis (que je n’ai bien sûre pas respecté pour ceux qui me connaissent). À partir de cette soirée, on ne s’est jamais quitté. Depuis cette rencontre, une complicité émotionnelle, intellectuelle et artistique s’est ainsi développé. Nous partageons un appartement et un atelier où on s’entraide et s’inspire dans nos pratiques respectives. Lors de nos projets communs, j’ai découvert, au travers de Tristan, une sensibilité aux décors, un sens de l’esthétique enfouie en moi. Grâce à sa folie, il a fait ressortir la mienne. Le projet Je te jure que je ne suis pas est simplement un reflet métaphorique de ma jeunesse. Lorsque que je faisais de la compétition de natation, je me sentais toujours exclu, trop efféminé pour le sport. J’étais doué, mais tout l’univers sportif qui entourait cette pratique ne correspondait pas à mon identité. J’étais un adolescent, j’avais besoin d’une communauté de jeunes de mon âge. Le rejet de cette conformité s’est formé peu à peu dans mon esprit. Porter des vêtements qui ne correspondent pas à l’emplacement, retenus par la corde de la piscine, entourés d’un tas d’objets, furent pour moi un rappel à l’univers psychologique de ma jeunesse. Pour la séance photo, j’ai utilisé un appareil photo film 35mm Zenith 11. Nous avons demandé à Gabrielle Caux d’incarner ce personnage, cette personne sensible et libre d’utiliser l’espace de la piscine et en prendre le contrôle. Tristan, qui avait le rôle de créer les vêtements, a su styliser ses pièces et les plans pour créer une cohérence visuelle et harmonieuse qui reflétait l’essence de ce projet commun. »

PHOTOS

Photographe
Berirouche Feddal

Designer & Styliste
Tristan Réhel

Modèle
Gabrielle Caux